Nous sommes abreuvés d’idéalisme, de belles histoires qui finissent bien pour plaire aux beaufs et mal pour plaire aux bobos en mal de sensations fortes. Une chose est sûre cependant, personne n’est indépendant et pourtant…

Les jeux vidéos indépendants

Dans un domaine où l’on croit que tout est artificiel, dépourvu de grandeur d’âme et de folie créatrice incontrôlée, il existe un groupe de « résistants » qui tentent pour certains de distraire et pour d’autres de soulever des émotions enfouies que l’on croyait à jamais terrées sous les catacombes de notre mémoire d’enfant.

Comme certains s’emploient à créer de la musique dans leur garage ou dans leur chambre, il existe un monde décrié où l’image qui en ressort est un appel à la violence constante et à l’abrutissement total : Les jeux vidéo.

Pour beaucoup, les jeux vidéos sont un refuge pour tous les Peter pan en herbe, une certaine catégorie de personnes qui ont décidé de ne pas grandir et de s’abrutir littéralement devant la télévision lcd incurvée dernier cri.

La vérité est pourtant toute autre

Il existe des passionnés, de véritables indépendants qui remettent toute leur vie financière en danger pour aller au bout de leur passion : créer un jeu vidéo indépendant.

Ces jeux vidéo tantôt bourrins, tantôt poétiques sont toujours créés pour satisfaire les gamers qui n’ont pas perdu (non pas uniquement leur âme d’enfant) leur âme tout court.

Les jeux indépendants et les gamers

Car les jeux vidéo voyez-vous, permettent aussi au paralytique de se mouvoir au travers d’un personnage, de redevenir « humain », à l’autiste de prendre goût à la réussite et de constater que manette ou clavier et souris à la main rien ne peut l’arrêter, ni le regard des autres, ni la peur de l’échec, car tout peut se recommencer « press start player » et à partir de cet instant tout reprend un sens, et toute l’énergie des créateurs indépendants qui pris par leur passion décident de faire découvrir leur monde, emmène le joueur aux confins d’un univers qui n’existait pas ou plus, une immersion totale dans une galaxie faite à la main comme un pull tricoté avec soin pour protéger l’enfant du froid. Les jeux vidéos indépendants renouent avec la fonction première du jeu vidéo, découvrir un monde issu de l’imaginaire. Celle du livre qui permettait aux lecteurs de voyager et celle du cinéma qui tentait de faire, un tant soi peu, avancer les mentalités.

A la découverte d’Indiemag.fr

Alors, sans doute que cette « indépendance » prend ce mot comme symbole pour signifier que tout à été fait sans l’aide de personne mais la singularité n’est-elle pas la première qualité du créateur de jeu indépendant ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *